Gambie: Le mystère Hussein Tajedeen | Ligne Directe, site d'informations

lignedirecte.sn- Lundi 25 mai dernier, la banque gambienne Trust Bank Gambia Ltd annonçait la fin de son partenariat avec la compagnie internationale de transfert d’argent Western Union. Le management de Trust Bank Gambia Ltd expliquait alors que Western Union l’a accusé d’avoir des liens avec un individu fiché sur une liste américaine de personnes présumées “terroristes”, sans dire plus.

Des sources sures contactées à Banjul nous font savoir que l’individu en question est Hussein Tajedeen, celui-là même que les autorités gambiennes ont expulsé le week-end dernier pour “pratiques commerciales déloyales et illégales”.

Il faut dire que les explications lâchées par Trust Bank Gambia Ltd pour expliquer l’arrêt des opérations Western Union avaient dérouté plus d’un en Gambie, à la lumière du communiqué diffusé à cet effet. “Western Union a déclaré que l’un de nos partenaires est fiché sur la liste anti-terroriste du gouvernement des États-Unis. En conséquence, notre partenariat avec cet individu est une violation des accords qui nous lient à Western Union”, a avoué la banque dans son communiqué. Trust Bank Gambia Ltd a surtout ajouté que des discussions étaient en cours pour renouveler son contrat avec Western Union.

Mais les événements se sont vite enchaînés avec l’annonce quelques heures plus tard de l’expulsion de Hussein Tajedeen par les autorités gambiennes. Dans un communiqué lu sur la télévision d’État (GRTS), le gouvernement gambien explique que Hussein Tajedeen mène des activités commerciales illégales au détriment de l’économie gambienne. Le même communiqué précise que M. Tajedeen a 30 jours pour clore son business et évacuer du territoire gambien.

D’origine libanaise, M. Tajedeen est connu en Gambie comme un grand importateur de riz et de farine. Propriétaire d’une chaîne de supermarchés, Tajedeen faisait aussi dans la brocante et la vente à bas prix de produits à usages domestique comme la vaisselle et la décoration.

Accusé depuis plusieurs années par les États-Unis de fournir un soutien financier au mouvement militant libanais Hezbollah, Hussein Tajedeen qui était pourtant un protégé du Président Jammeh a quitté la Gambie le week-end dernier sans aucune forme de procès.

Il faut aussi signaler qu’en 2013, la Gambie avait ordonné l’expulsion de Hussein Tajedeen. Le Président Yahya Jammeh qui était pourtant très proche de l’homme d’affaires libanais l’a accusé d’être un usurier et un profiteur qui plombe l’économie gambienne. Mais bizarrement, Jammeh lui accorde quelques mois plus tard un pardon présidentiel pour des raisons restées jusqu’ici obscures.
Mieux, Tajedeen se voit accorder un passeport diplomatique gambien sous l’alias Abu Omar Najib.

Ce n’est pas la première fois que le nom de Hussein Tajedeen ainsi que ceux de deux de ses ses frères sont liés au Hezbollah libanais. Les États-Unis les accusent d’être des parrains d’un réseau d’affaires en Afrique, notamment en Angola et en République démocratique du Congo, pour financer les activités terroristes du Hezbollah, un groupe armé chiite soutenu par l’Iran et la Syrie. Mais la famille de Tajideen a toujours nié les accusations selon lesquelles certains de ses entreprises servent de paravents au Hezbollah. A ce jour, l’on ignore si les deux frères de Tajedeen sont toujours en Gambie.

(Visité 20 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)

Repondre