Le Sg adjoint des nations unies sur l’avis du groupe de travail « Le gouvernement a raison mais… » | Ligne Directe, site d'informations

Autant le Sénégal a raison de critiquer le fondement juridique de l’avis du Groupe de travail sur la détention de Karim Wade autant les avocats du fils de l’ex-président n’ont pas tort de mettre en garde. La précision est du secrétaire général adjoint des Nations Unies et par ailleurs conseiller spécial de Ban ki Moon chargé de la prévention des génocides.

Selon M. Adama Dieng qui s’exprimait à la radio privée RFM, le Groupe de travail, créé une décennie, n’est pas un organe judiciaire. Par conséquent, il estime sur ce point que le Sénégal a raison.
D’après ses explications, concernant l’affaire Karim Wade, le groupe a examiné les conditions de détention et non le fond. « Il s’agissant de voir si sa détention était effectuée dans les normes », a-t-il précisé.
Cependant le secrétaire général adjoint des Nations Unies, a conforté les avocats de Karim Wade qui ont mis en garde le gouvernement du Sénégal sur la non-exécution de l’avis. « Le Sénégal est tenu de respecter les recommandations du Groupe de travail compte tenu des relations de coopérations avec les Nations Unies », a indiqué M. Adama Dieng.
Quid des conséquences du non-respect de l’avis ? Le conseiller spécial de Ban ki Moon de répondre : « Il va sans dire que le Groupe va relancer le Sénégal pour voir si des mesures sont prises ».
Et de poursuivre : « jusqu’ici le Sénégal a été absent des scènes juridiques internationales ».
Le Groupe de travail des Nations Unies a émis un avis dans lequel il juge « arbitraire » la détention préventive de Karim Wade et exige sa libération. Au moment où les avocats du fils de l’ex-président Wade crient victoire, le gouvernement sénégalais critique la décision arguant que cette décision ne peut pas prévaloir sur une décision de justice.

 

(Visité 21 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)

Repondre