Participation à la prochaine élection présidentielle Fada prône une candidature unique de l’opposition | Ligne Directe, site d'informations

Si l’opposition veut sortir victorieuse de la prochaine présidentielle, elle a intérêt à s’unir et à se trouver un seul candidat. L’appel du libéral Modou Diagne Fada sonne comme une mise en garde.

L’opposition n’a presqu’une seule chance de remporter la prochaine élection présidentielle. Et c’est celle qui consiste à se rassembler autour d’un candidat unique. Modou Diagne Fada a exprimé ce point de vue lors de son passage devant le Grand jury de la RFM ce matin. Il reconnaît certes qu’au Sénégal les leaders aiment se compter au premier tour, mais à son avis, la clé de la réussite est dans l’unité. ‘’Il faudrait que ceux qui sont populaires à Kébémer (lui-même) à Bambey (Aïda Mbodji) à Ziguinchor (Abdoulaye Baldé), à Guédiawaye (Malick Gackou) et à Dakar (Khalifa Sall) se mettent ensemble pour venir à bout de l’adversaire. Nous sommes dans un contexte où les avis partagés, les candidatures éclatées peuvent coûter très cher. Je pense que l’opposition a intérêt à unir ses forces pour pouvoir espérer un bon résultat’’, a-t-il plaidé.
Sur le report de la rencontre qui a été prévue, Modou Diagne Fada soutient que c’est parce que Me Wade devait rencontrer des personnalités étrangères. Il s’agit notamment d’avocats, d’Ong. ‘’Comme nous nous sommes au Sénégal, nous nous sommes dit : mieux vaut se renvoyer à la semaine prochaine’’. La réunion aura donc lieu en début de semaine prochaine, a-t-il confirmé. A la question de savoir, s’il y sera ou non, ‘’l’enfant du Pds’’ répond par l’affirmative, précisant au passage que lui et ses camarades qui partagent la même vision n’ont aucun problème avec leur père et inspirateur, Abdoulaye Wade. ‘’Nous avons plutôt problème avec les partisans du statu quo. Ceux qui ne veulent pas que les lignes bougent et qui pensent que si Wade n’est plus là, ils cesseraient d’exister, qui pensent que si Wade n’est plus là, leurs affaires ne marcheraient pas’’, clarifie-t-il.

‘’Le comité directeur n’est pas une instance de discussions et de décisions’’

Ce ne sont pas les seuls avec qui ils ont problème. Une deuxième frange existe. Il s’agit des ‘’autres qui sont aussi ambitieux que nous, qui ne disent rien, qui essayent de tromper la vigilance du secrétaire général en étant dociles, en étant obséquieux’’. Il y a également une troisième catégorie constituée de ‘’ceux qui sont encagoulés et qui ne veulent pas se découvrir’’. A tous ceux-là, Modou Diagne Fada rappelle que le parti ne peut plus fonctionner comme c’était le cas en 1974 ou en 2000.
A propos justement du fonctionnement du parti de Wade, particulièrement l’organe dirigeant, Fada ne se fait pas d’illusions. Il n’existe pas de démocratie. ‘’Le comité directeur n’est pas une instance de discussions et de décisions. C’est une instance de validation, une instance d’information. Ceux qui y siègent sont des relais’’. Lui, le chef des libéraux à l’Assemblée nationale n’a qu’une seule instance, ce sont ses tête-à-tête avec le secrétaire général du Pds, Abdoulaye Wade.

(Visité 39 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)

Repondre