Réaction suite à l’invitation faite au Sénégal de libérer Karim Wade Me El hadji Diouf s’en prend au groupe de l’Onu et droits de l’hommistes | Ligne Directe, site d'informations

lignedirecte.sn – Ces experts qui se disent groupe de l’Onu ne sont que des mécaniciens vendeurs de cacahuètes. Ils sont des inconnus qui s’accrochent à tous. Quant aux droits de l’hommistes, Me El Hadji Diouf les qualifie de maîtres-chanteurs, politiciens malhonnêtes, corrompus, manipulés.

Comme à son habitude, Me El Hadji Diouf ne rate jamais l’occasion d’égratigner ses adversaires. Cette fois-ci, il est allé loin du Sénégal pour s’en prendre au groupe de travail de l’Onu qui juge la détention de Karim Wade arbitraire et demande à l’Etat du Sénégal de le libérer et de l’indemnisé. Le conseil de l’Etat dans cette affaire relève que ce groupe-là n’est pas une justice, il n’est pas une juridiction pour s’adresser à une juridiction et lui ordonner d’annuler sa décision.

Dans un ton à la fois ironique et polémique, il s’écrit : ‘’Moi groupe de mécaniciens aux Nations-unies, moi groupe de vendeurs de cacahuètes aux Nations-Unies, je vous demande d’arrêter’’. Me Diouf de répliquer que le Sénégal n’est pas une République bananière. ‘’Nous avons une justice, une institution judiciaire reconnue par notre constitution. Le groupe de travail, un groupe d’amis. On ne sait même pas d’où ils viennent. S’ils sont crédibles ? Ont-ils l’expertise nécessaire ? Sont-ils corrompus ? Qui les connait ? Est-ce que ce groupe là est au dessus de la justice indépendante et souveraine du Sénégal indépendant ?’’ se demande-t-il.

Non content, Me enchaine : ‘’ces gens ont perdu le nord, ils s’accrochent à tout. Et pour mieux les décrédibiliser, l’avocat-politicien se lance dans une énumération des organes de l’Onu. L’Onu, c’est le conseil de sécurité, pour déclarer la guerre, la légitimer. L’Onu c’est l’Assemblée générale, pour accueillir de nouveaux membres, faire des résolutions, précise-t-il. ‘’Mais l’Onu, ce n’est pas un groupe de travail, comme un groupe de travail dans les lycées, les universités, les associations privés. Donc, de la même façon que la Cedeao, l’Onu ne peut pas s’immiscer dans le fonctionnement normal de nos institutions judiciaires. Aucun organe de l’Onu n’a donné l’ordre au Sénégal de libérer Karim. Il n’est pas un organe de délibération qui engage les pays du monde’’.
‘’Politiciens malhonnêtes qui se disent droit-de-l’hommistes’’
L’avocat a été aussi interpellé sur la position des organisations de défense des droits humains. Mais la question a eu l’effet de mettre de l’eau dans le moulin de l’avocat. ‘’Ne me parlez pas de ces politiciens malhonnêtes qui se disent droit-de-l’hommistes. Ils vivent de ça. Ils sont toujours corrompus, manipulés, achetés au Sénégal. On les connait, ce sont des maîtres-chanteurs pour la plupart. Ce sont des gens qui, au lieu de défendre des positions justes montrent leur choix dès le départ’’.

(Visité 22 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)

Repondre