Situation du pays et de la coalition BBY: Dansokho met les pieds dans le plat présidentiel | Ligne Directe, site d'informations

‘’ Je sais que de toute façon notre pays est en danger, tout le prouve. C’est très grave ce qui se passe. Nous n’avons pas résolu les problèmes pour lesquels nous nous sommes rassemblés’’. Ces propos sont du ministre conseiller du Président de la République, Amath Dansokho dans une interview accordée au journal l’Observateur de ce matin (samedi 06 juin).

Le président d’honneur du Pit dont il est l’ex-secrétaire général précise que leur mission est de sauver le pays, éviter qu’il ne tombe dans la barbarie et la confusion. Mais la mission c’est soldée par un échec, du moins pour le moment. ‘’Ce n’est pas réglé’’, dixit-il. Il ajoute toutefois qu’il y a des solutions, qu’un travail est en cours. ‘’Mais tout cela, c’est devant nous. Il faut du temps et les gens sont impatients parce qu’ils souffrent beaucoup’’. Dansokho soutient que la coalition se porte difficilement. ‘’Il y a des problèmes (dans la coalition) et il y’en aura encore’’.
L’auteur de telles déclarations ne saurait donc être en déphasage avec les critiques de sa formation d’origine à l’encontre de la coalition. Amath Dansokho s’y retrouve parfaitement. ‘’Je les partages. Elles n’ont jamais été des critiques négatives. Nous sommes d’accord avec la politique qui est en cours. Il y a des choses sur lesquelles nous ne sommes pas d’accord, nous le disons. Nous ne sommes pas dans la coalition pour faire plaisir à quelqu’un’’.
Sur les questions sur lesquelles ils ne sont pas d’accord, il y a sens doute la gestion de la fourniture d’eau et d’électricité. Dansokho trouve les coupures d’eau et d’électricité ‘’inexplicables’’ et ‘’inadmissibles’’. ‘’Les gens souffrent d’autant plus qu’ils ont la conviction que la situation va revenir à la normale et subitement, on est renvoyé à cinq ou six ans en arrière’’. Face à cet échec, celui qui est surnommé le Mandela sénégalais ne comprend pas pourquoi s’accrocher à des directeurs généraux (de la Senelec et de la Sde). Surtout s’ils promettent une solution et que le lendemain on se retrouve dans la même situation.

(Visité 24 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)

Repondre